Les niveaux de difficulté de lecture de nos médias … selon Google

C’est un billet d’Olivier Duffez, consultant indépendant en référencement, dans WebRankInfo qui m’a appris que Google permet de chercher selon le niveau de lecture des textes.

Cette option, disponible depuis trois ans semble-t-il, n’est offerte que si vous avez choisi Anglais dans vos paramètres de recherche. Si vous la combinez à l’opérateur “site:url-du-site”, il est alors possible de demander à Google de classer les pages d’un site selon que leur niveau de lecture est élémentaire, intermédiaire ou avancé. Voici ce que cela donne pour les cinq médias d’information que je consulte à chaque jour et, pour faire bonne mesure, j’ai ajouté mon blogue.

Niveau de lecture de nos médias selon Google

Mise en garde : Étant donné que je n’ai pas trouvé d’infos sur le fonctionnement de l’algorythme, je vous demande de prendre ces résultats avec des pincettes … après tout, Google trouve qu’aucun de mes textes n’est d’un niveau de lecture avancé !

Cet billet a été publié sous Curiosité, Référencement. Mettre en signet le permalien.

2 Responses to Les niveaux de difficulté de lecture de nos médias … selon Google

  1. Moi non plus je ne savais pas que la fonction existait, merci!

    Les algorithme d’analyse de niveau de lecture sont très imparfaits. Ils utilisent par exemple le nombre de mots par phrase, et le nombre de mots avec trois syllabes ou plus.

    C’est bêtement mathématique. Par exemple « gouvernement conservateur » va être jugé difficile à lire donc de niveau “avancé” parce que ce sont des mots de quatre syllabes, même si ce sont des mots usuels qu’on lit régulièrement dans les médias, alors que « boson de higgs » va être jugé facile (deux syllabes)… même si, euh…. honnêtement, rares sont ceux qui comprennent réellement ce dont il s’agit.

    Autre limitation, les logiciels découpent les syllabes selon la langue anglaise. Cela rend les résultats français encore plus aléatoires.

  2. Bon matin Gilles, je viens de voir celui du Journal de Montréal… suis forcé de dire comme toi “avec (toute une paire) de pincette”… ;-)