Réseaux sociaux : six considérations pratiques et opérationnelles

L’Australian Electoral Commission a réalisé l’an dernier une étude sur l’utilisation des réseaux sociaux pour promouvoir la participation électorale. Les auteurs ont identifié les principales considérations pratiques et opérationnelles dans l’utilisation des réseaux sociaux :

  1. La perte de contrôle du message – dans les médias sociaux il y a encore moins de contrôle sur les messages et l’utilisation du canal. Certains voient les médias sociaux comme le «Wild West», tandis que d’autres y voient une démocratisation des médias et de la communication publique. Quel que soit le point de vue adopté, le manque de contrôle des conversations et même des sujets doit être reconnu et accepté par les organisations participantes en ligne.
  2. Répercussions sur les ressources – la nature 24/7 de médias sociaux impose de lourdes exigences sur le personnel (y compris les heures supplémentaires) et le potentiel pour de grands volumes de commentaires et de débat public pose un défi à l’écoute et à la capacité de l’organisation à réagir.
  3. Soutien de la haute direction – la direction doit appuyer les initiatives de médias sociaux et être prête à prendre des risques. Ceux-ci peuvent être atténués grâce à la planification, l’engagement de personnel ayant une expérience et une expertise dans les plates-formes de médias sociaux et le respect des protocoles et des conventions de médias sociaux, mais certains risques demeurent.
  4. La nécessité d’une expertise et d’un(e) champion(ne) – en plus d’avoir le support de la haute direction, la plupart des organisations ayant connu un certain succès pouvait compter sur un champion au sein de l’organisation, ainsi que l’apport de personnel spécialisé.
  5. La décentralisation de la communication – un engagement efficace des médias sociaux est, dans une large mesure, un renversement de la centralisation de la communication d’entreprise et d’organisation qui a eu lieu au cours des 100 dernières années en relations publiques et communication.
  6. Gouvernance des réseaux sociaux – La décentralisation de la communication à travers les médias sociaux devrait se faire que dans un cadre de bonne gouvernance. La gouvernance dans le contexte des médias sociaux comprend entre autres une politique, des lignes directrices pour le personnel, de la formation/perfectionnement, une vigie.
Cet billet a été publié sous Analyses, opinions, Gestion, Gouvernements, Médias sociaux, Politique, Relations publiques, Réseaux sociaux. Mettre en signet le permalien.