Culture technologique … il veut vraiment qu’on sache comment ça marche !

1990, je suis embauché comme spécialiste en communication à Hydro-Québec. Je ne pose aucune question lors de l’entrevue d’embauche sur les outils qu’on mettra à ma disposition convaincu que ce sera un PC. Fier propriétaire d’un Macintosh, je sais que je fais partie de la minorité, c’est pourquoi je suis encore plus fier de mon bilinguisme technologique. Et voilà qu’on me présente la secrétaire de l’équipe qui se fera un plaisir de taper tous les mémos que je lui fournirai en manuscrit. Après tout, me dit-on, je suis un spécialiste.

2007, je discute avec entrain des blogues avec un directeur des communications en lui parlant d’un blogueur fort influent qui couvre très précisément le secteur d’activités de son organisation. Après m’avoir écouté avec attention, il me demande de lui envoyer le blogue en pdf pendant un mois; question d’en mesurer l’intérêt.

2012, je m’amuse à analyser onze offres d’emploi reliées aux médias sociaux pour me rendre compte que seulement une ose utiliser l’acronyme HTML.

Vous me pardonnerez donc mais c’est avec un léger brin de scepticisme que j’ai vu passer le billet Technological Know-How is a Job Requirement paru dans le Harvard Business Review.

Pourtant Laurent Maisonnave a écrit en 2009 ce qui demeure à mes yeux la bible sur le sujet : 10 secrets pour s’assurer une campagne web 2.0 réussie. Je me demande d’ailleurs si ce billet n’est pas devenu une lecture obligatoire dans tous les cours de communication ou de relations publiques. Quel langage compréhensible, quelles solutions simples à comprendre et où on s’intéresse à ce qui est vraiment important : est-ce beau ?

Et, comme tout bon maître a besoin d’au moins un élève qui le plagie, je vais y aller de mes conseils.

N’apprenez jamais à configurer votre système d’exploitation … le terme le dit, c’est de l’exploitation; c’est pour ça qu’il existe une race de personnes sympathiques mais pas vraiment stratégiques qui le feront pour pour vous.

Ne jamais installer de logiciels sur votre poste de travail. Après tout, ce n’est pas pour rien que les TI bloquent cette fonction : c’est dangereux et ce n’est surtout pas à vous de décider ce que votre ordinateur doit faire. Après tout, les TI sont les mieux placés pour vous dire comment communiquer, ce sont eux les experts.

Ne jamais perdre de temps à essayer de nouveaux services. Faites-vous les expliquer une fois que Wired en a parlés, retenez l’essentiel et dites aux autres comment le faire parce que, n’oubliez pas, vous êtes stratégiques.

Sachez différencier les acronymes porteurs de ceux sans aucune valeur. Web 2.0 est encore bon, les MS aussi mais ne perdez pas votre temps avec RSS, URL, FTP, JPEG et le pire HTML.

Embauchez un(e) webmestre qui ne connaît rien au CSS, HTML, PHP (encore ces mots à bannir). Après tout, vous avez payé pour un CMS (bon, n’en abusez pas mais ça peut bien paraître) dans lequel il suffit de copier-coller comme dans Word.

 

Cet billet a été publié sous Opinions, Z-Bric-à-brac. Mettre en signet le permalien.